Mes premiers essais de photo astronomique


Je ne sais pas trop ce qui m’a pris d’avoir envie de faire des photos en pleine nuit alors que ça caillait comme ça dehors mais peu importe. Cela faisait quelque temps que j’avais envie de m’essayer à la photo astronomique.

Avant de partir bille en tête pour faire de la merde, j’ai pris un peu de temps pour me renseigner et connaitre ce mode de prise de vue assez particulier qu’est l’astronomique.

A première vue, rien de très compliqué. Un objectif de la taille souhaitée, qui ouvre le plus possible, une sensibilité la plus élevé possible et un temps de pose long.

J’ai pris deux objectifs assez différents pour faire les clichés à savoir un 50mm F/1.4 et un 18-55 F/3.6-5.6 positionné en 18mm F/3.6. Les résultats avec ces deux clichés sont très différents. Pour commencer, les voici:

Image enregistrée avec les ajustements inclus.

50mm, F/1.4, 1600 iso, 16 poses, 5s/poses

Image enregistrée avec les ajustements inclus.

18mm, F/3.6, 800 iso, 11 poses, 13s/poses

Image enregistrée avec les ajustements inclus.

18mm, F/3.6, 800 iso, 4 poses, 13s/poses

Personnellement, je préfère la photo faite avec le 50mm, notamment car j’ai pu capter beaucoup plus de lumière grâce à l’ouverture à 1.4. Qui plus est, sur les photos prise au 18-55 à 18mm, j’ai choppé beaucoup de pollution lumineuse. Il faut dire aussi que pour un premier essai je n’ai pas forcément fait les choses sérieusement. J’ai choisi comme lieu de prise en endroit encaissé avec des nuages et une ville lumineuses pas très loin. Il faudra donc que je sélectionne un peu mieux le lieux pour la prochaine fois.

Maintenant, comment procéder pour faire une photo de ciel étoilé ?

L’équipement:

– un APN permettant les poses longue (temps à déterminer plus tard)

– un trépied

– un objectif qui ouvre le plus possible

– un déclencheur filaire pour éviter le flou de bouger, ou un intervallomètre.

Pour ce qui est des réglages:

– MAP manuel posé à l’infini. L’AF est à la fois inutile et gênant.

– Iso au maximum de l’admissible (dépend beaucoup de votre APN)

– Ouverture au maximum (F/1.4 dans mon cas)

– Temps de pose à maximum 600/focale (max 12 secondes pour un 50mm, mis à 5s dans mon cas)

– 16 poses (parce que !)

Avant de continuer, pourquoi ces réglages ?

Iso et MAP, c’est évident, pas la peine de détailler. Pour le temps de pose, pourquoi maximum 600 divisé par la longueur de la focale ? Et bien c’est une astuce de calcul qui permet de s’assurer que l’on aura pas de filé sur la photo. C’est à mettre dans la catégorie des calculs rapides comme la règle de la vitesse de sécurité (T de pose <= 1/longueur focale), mais ça marche bien :)!

Si on prend chaque pose individuellement, on s’aperçoit que le manque de lumière cause énormément de bruit. L’idée est donc ici de faire plusieurs photos et de les superposer avec un logiciel spécial, ici DeepSkyStacker. Ce logiciel spécialisé dans le traitement des images astronomique différencie les étoiles du bruit et empile les bons résultats pour faire une image la plus propre possible. C’est très efficace !

Néanmoins, quand on travail avec une sensibilité élevé et une pose longue, on voit apparaitre une forme de bruit contre laquelle on ne peut pas grand chose. Ce bruit provient de l’appareil en lui même et dépend strictement de sa fabrication, de sa conception et de l’objectif qui l’équipe. Ce bruit évolue en fonction de plusieurs paramètres extérieurs, notamment la température et l’humidité.

dark_1

Bruit hardware de mon K20d

Et pourquoi est-ce que je vous parle de ça ? Et bien tout simplement parce que si vous avez pris le temps de faire une image noire, par exemple avec votre main sur l’objectif, DeepSkyStacker vous permet de soustraire ce bruit de toute les images d’une série, nettoyant ainsi un peu plus vos photos. Ces photos sont appelées des « Dark ». La différence avec / sans est assez flagrante. Je vous laisserais essayer :). Comme les poses durent plusieurs secondes, la température peut évoluer sensiblement à l’intérieur de votre APN et il faut donc faire des Dark régulièrement.

Une fois empilé, vous aurez le droit de passer un peu sous votre logiciel de retouche préféré pour traiter les courbes en fonctions de vos affinités et vous sortirez alors de jolies photos !

Vous attendez pas à sortir de la photo genre satellite hubble, mais vous pourrez quand même vous amuser.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *